Aller au contenu principal

Katmandou

La célèbre ville des hippies de la première heure est toujours là pour faire rêver les voyageurs.

Pour nous, qui avons encore la tête entre les sommets de l’Annapurna et nos 5 mois d’Asie du Sud-Est, Katmandou semble vraiment différente de ce que nous connaissons. Un avant-goût d’Inde ? Nous le saurons dans quelques jours !

Du monde, de la poussière, des saris, des immeubles défiants les lois de la gravité et de la sécurité, des rues encombrées, du temple hindouiste par çi, du temple bouddhiste par là et surtout du NAMASTE à tire larigot !

Une ambiance vraiment attachante et des lieux très forts comme le quartier tibétain où de nombreux réfugiés ont su recréer leur atmosphère et Pashupatinath, le temple des crémations hindous.

Un très bon avant-propos avant notre descente vers le sud et le nord de l’Inde.

Publicités

Annapurnas

Après Angkor et ses temples, je crois qu’on avait atteint les sommets de l’Asie du Sud-Est, il était donc temps, pour nous, d’aller voir ce qu’il se passe ailleurs… Quelques heures de vol et nous y voilà !

Namasté le Népal !!

Atterrissage à Katmandou – ambiance poussiéreuse, dense, des immeubles de bric et de broc, des vélos, des motos, des gens partout, vraiment intense ! Juste un passage rapide dans cette capitale pour nous permettre de faire nos visas indiens et nos permis nous permettant d’accèder aux fameux massifs des Annapurnas et nous reprenons déjà la route pour Pokhara.

C’est de la montagne que nous voulions, eh bien, c’est de la montagne que nous aurons ! C’est parti pour 10 jours de treks, destination le Base Camp n°1 de l’Annapurna à 4130m.

Les sacs à dos sont plus chauds que jamais, les chaussures serrées à fond. On se lance sans guide ni sherpas, comme des grands ! Pas de panique pour les apprenties marcheurs que nous sommes, ce chemin est monstre emprunté et il y a des lodges pour se rassasier et dormir dans chaque village.

Jour 1- L’aventure commence dès les premiers kilomètres de Nayapull, notre ville de départ. Le chemin prend de l’altitude, nous suivons la route que les locaux utilisent en 4×4, en âne ou à pied. D’un côté, la falaise abrupte, de l’autre le précipice qui se termine par un torrent aux couleurs magnifiques. Nous slalomons entre les villages et nous arrêtons pour déjeuner alors qu’il ne reste plus qu’une heure et demie de marche pour atteindre Ulapani, notre village étape du jour.

OK, une heure et demie seulement, mais une heure et demie d’escalier en pierre d’une régularité toute particulière… une bonne suée à grosses gouttes, dans le top du glamour !

On est en haut, on reprend notre souffle et on s’installe dans un petit lodge pour se reposer jusqu’à demain !

Jour 2 – Réveil sous un beau soleil, de notre chambre, nous nous gavons de la vue sur un des pics des Annapurnas ! Splendide et d’une grande clarté. À 8h, le ciel s’est déjà voilé et le spectacle est fini. Tanpis, de toute façon il est l’heure de partir. Juste le temps, pour Claire, d’oublier son pull dans l’hôtel et nous voilà sur la route ! L’étape du jour n’est pas très longue car nous voulons nous arrêter à Gorephani où nous pourrons admirer un lever de soleil sur toute la chaîne des montagnes.

Nous arrivons de bonne heure, nous prenons le temps de faire une photo à l’entrée du village, Claire oublie son super bâton de marche ! 2Eme échec de la journée – Bravo !

Jour 3 – Événement du jour : Faire revenir du village précèdent (Ulapani pour ceux qui suivent ^^⁾ la veste de Claire ! Nos hôtes du jour remus tous les sherpas du coin pour que l’un d’eux me la ramène ! Résultat, impossible de prendre la route ce matin, nous devons attendre notre fameux livreur ! Quoi de mieux pour patienter que de se retrouver au milieu d’un mariage villageois, ambiance dal baht, bière à profusion et danses traditionnelles à 11 h du matin.

A 15 h, LA veste arrive enfin et nous prenons vite la route pour Tarapani.

Ah j’oubliais, ce matin, nous nous sommes quand même levé à 4 h 30 pour 45 minutes de montée sévère afin de trouver le meilleur point de vue pour le lever de soleil ! AMAZING, je vous dit !

Jour 4 – 5 h 30, debout pour le lever de soleil mais sans rando matinale, cette fois-ci ! Nous prenons nos couettes et nous nous calons sur la terrasse devant les Annapurnas qui se réveillent. Bien, bien, bien !!

7 h 30, en route ! ça descend, ça monte, ça redescend, ça remoooonte ! Nous sommes arrivés à Chomrong ! Sur le chemin, un singe népalais nous a fait l’honneur de sa présence. Merci !

Jour 5 – Depuis notre table de petit déjeuner, nous pouvons apprécier ce qui nous attend pour débuter notre journée. Le village de l’autre côté de la profonde vallée est notre première étape ! Effectivement, de bon matin, les cuisses commencent à chauffer et confirment que cette vallée est bien profonde ! Les paysages sont magnifiques et nous avançons assez vite. Les cultures en terrasse commencent à s’effacer au profit de falaises et de décors de haute montagne comme nous en rêvions. Village de destination du jour : Himalaya (ça ne s’invente pas ça!)

Une bonne journée où l’altitude commence tout juste à se faire sentir.

Jour 6 – Le grand jour est arrivé : Objectif BASE CAMP !

A mesure que nous avançons, la neige fait son apparition, les ruisseaux de neige fondue nous barrent la route et les ponts ressemblent plus à des passerelles improvisées qu’à de véritables infrastructures certifiées. Il fait toujours beau et à peine frais, le bonheur ! Nous passons le premier Base Camp à Machaputre, tout le monde va bien, nous enchaînons direct (après une petite pause massala thé) sur le, tant attendu, Annapurna Base Camp (ABC, pour les intimes)

Des paysages à couper le souffle et une vraie impatience d’arriver au but.

A 4130m, l’ambiance est bonne et les rencontres chaleureuses !

Jour 7 – Réveil à l’aube pour profiter d’un nouveau lever de soleil, unique en son genre. Vu à 360° sur des sommets mythiques et rarement visibles !

7 h, petit déj de champion avant d’attaquer la redescente jusqu’à Sinuwa. Grosse journée mais franchement mythique !

Jour 8 – Les jambes sont lourdes, nos sacs nous pèsent de plus en plus. 2 h heures de descente pour accéder à la fameuse récompense du trek, les sources d’eaux chaudes ! 2 piscines d’eaux thermales bien chaudes au creux de la vallée, au bord d’un torrent ! PARFAIT ! Juste le temps de reposer nos jambes et nous reprenons le chemin, entre cultures de maïs en terrasse, plants de cannabis à faire pâlir les plus grands experts d’hydroponie et buffles montagnards peu accomandants.

Le soir, un bon Dal Bhat dans un lodge aussi rustique que convivial !

Jour 9 – Dernier jour de marche, nous retrouvons nos amis les buffles et nos copines les chèvres. 4 h de descente qui finissent de faire souffrir nos articulations.

Arrivée à Phedi, dernier village, nous décidons de prendre le bus local pour retourner sur Pokhara. La vraie épopée commence ici ! 1 heure de conduite suréaliste où le chauffeur ne semble avoir conscience, ni des dimensions de son bus, ni de la quarantaine de vie qu’il a entre ses mains !

15 h, nous arrivons à bon port. Une vraie douche et des tongs ! Le bonheur est si simple !

Eh eh, ya rien qui vous choque ?? Il est où le dixième jour ? Ben yen a pas, parce qu’on est des killeurs de montagnes !! 

Siem Reap

Ce n’était pas vraiment possible de visiter le Cambodge sans faire un détour par les temples d’Angkor… (on ne vise personne !)

Eh bien voilà, c’est fait ! Une chose de plus à rayer de notre liste des trucs à visiter. En revanche, on vous préviens écrire un article sur ces ruines sans tomber dans le « plan plan » du guide Michelin, c’est vachement dur ! Donc tant pis pour vous !

Pour commencer Angkor était la capitale du royaume Khmer (un empire très important !) où des temples gigantesques ont été édifié dont le fameux Angkor Thom commandité par Jayavarman 7, qui fût le premier roi Bouddhiste de la dynastie des rois Khmer.

On sait finalement peu de chose sur la fonction de ces temples, mais on sait que la ville d’Angkor était la plus grande ville du monde au 12e siècle et qu’elle fût totalement abandonnée.

C’est chiant non ? Vous, l’histoire c’est pas votre truc ? Vous voulez de l’info, de la vraie, du potin, du ragot ! Alors la suite est faite pour vous. Donc, Antoine était malade dans le bus du retour et c’était pas jojo, surtout que le chauffeur ne voulait pas s’arrêter… Et dégueuler en marche c’est super dur ! Étienne a louer un vélo pour deux jours, il est comme un poisson dans l’eau, il est grand temps de retourner au momo trail. et puis Claire …………… (elle vous racontera…)

Article des apprenties Froggys

Elles sont venues, elles ont vu, elles ont vécu et même survécu mais pas sans quelques péripéties…

Voici le compte rendu de nos apprenties froggys.

Avec quelques difficultés, nous avons réussi à intégrer la tribu durant 2 semaines, voici ce qu’il en est ressorti:

– Secondaire, l’hygiène sera.

– Les gargouillis de ton ventre tu n’écouteras pas.

– L’état des cuisines tu ne regarderas pas.

– Tes tongs dans la douche tu garderas.

– Des serpents et des araignées tu te méfieras.

– Tes Pokeball, pour les Pokemons « Tuk-Tuk » tu n’oubliera pas.

– Dans le bus, tu te colleras et si tu y arrives, tu y dormiras.

– Les mauvaises odeurs tu supporteras (ou pas).

– Du riz et des noodles tu te contenteras.

– Des pâtisseries douteuses au bord de la route tu ne mangeras pas.

– Des chiens errants tu te méfieras.

– Sur tes coups de soleil, ton sac à dos tu porteras.

– Car oui, la crème solaire tu n’oublieras pas.

– Ton nez pèleras.

– De la moustache, tu transpireras.

Mais de tout ça, surtout, tu retiendras :

– Offrir du clacos et du vin aux froggys, c’était sympa (l’odeur dans la valise aussi…)

– Voir des crocodiles pas seulement en sac à main, tu apprécieras.

– Remonter le Mékong te dépayseras.

– La gentillesse et le sourire asiatiques te raviras.

– Danser jusqu’au bout de la nuit et te lever à sept heure du matin fraîche comme une princesse tu feras.

– Sur des îles paradisiaques la pilule tu te doreras et alors le temps s’arrêtera.

– Des touristes idiots tu te moqueras (spéciale dédicace à Karim et son air-micro).

– Péter des paillettes telle une licorne enchantée lorsque, dans le plancton phosphorescent, tu nageras.

– Égaler Clara Croft en descendant en rappel des rochers tu essayeras (sans réussite…).

– Dormir dans le village d’Asterix et te sentir Falbala (ou bonne-mine selon les moments…) tu apprécieras.

– Danser sur le même tube de techno-Cambodgien durant 4h de bus, tu adooooooreras.

– De supers endroits à Kampot, tu découvriras.

– D’un couteau suisse, tu te serviras.

– D’un anniversaire à la mode Cambodgienne tu profitera et des bières on te payera.

– D’ailleurs, les bières « Angkor » tu apprécieras même si les temples tu ne visitera pas.

C’est alors sans présomption que nous déclarons avoir passé notre diplôme d’apprentie frogette, haut la main, même si dans cet article on ne vous a pas tout raconté!

… Ce qui se passe en Asie reste en Asie…

Un grand merci aux 3 froggys qui ont su nous faire partager leurs aventures.

Du Vietnam au Cambodge, en bonne compagnie

 

Frogette un jour, Frogette toujours !!

Cette dernière semaine fut marquée par un événement important: Des nouvelles froggys !

Une frogette Biche et une frogette « Saut de Biche » et c’était bien bien bien…
Cueillies à la sortie de l’avion, nous avons directement pris la route du Cambodge par le delta du Mékong.

Un bus, un guide et nous voilà en route sur ce fameux delta en compagnie de nos nouvelles recrues. Le guide nous arrête régulièrement pour visiter de joooolies choses notamment une très belle pisciculture. La route est magnifique, nous alternons bateau et bus. Le lendemain, arrivée à Phnom Penh, et qu’est ce que l’on fait demain? On prend le bus!

Direction Sihanoukville, la ville « kéké » du Cambodge pour passer une nuit (et faire la fête mais pas trop, on est raisonnable) avant de prendre le bateau pour Koh Rong. Une île paradisiaque à 3h du continent, où le sable est blanc, l’eau turquoise, l’électricité ne fonctionne que quelques heures par jours et il n’y a pas (encore) de maxi building de la mort.

Bref, un endroit cool pour passer quelques jours tranquille, se faire des nouvelles amies et surtout découvrir LE PLANCTON FLUORESCENT! Et oui, Koh Rong est LE spot pour découvrir ces étranges bêtes. Le soir venue, lorsque la lumière est assez faible, il suffit de nager à quelques mètres de la plage pour apercevoir tout autour de nous un halo de lumière assez puissant et c’est assez bluffant! (mais impossible à photographier, désolé!)

Après ces quelques jours, rendez-vous à Kampot pour se poser dans un endroit très tranquille. Ambiance ponton, rivière, kayak et baignade dans une eau un peu plus fraîche et cela fait du bien!

Puis Phnom Penh pour raccompagner les filles à leur avion, juste le temps de visiter la ville, faire ses marchés, son musée et hop direction l’avion.

Et voilà 10 jours bien remplis pour les frogettes apprenties voyageuses.

 

Vietnam

Bon faut pas se le cacher, nous sommes vraiment à la bourre sur notre blog ! Ils nous manquent plus de cinq articles entre le dernier et maintenant. C’est pour cela que je m’engage à résumer presque un mois de voyage en un article.

Donc géographiquement, c’est pas compliqué : le Vietnam ressemble assez à une bande. Notre route s’est donc faite du nord au sud par la route nationale 1 ; route qui ressemble plus à une piste défoncée constamment en travaux, surchargé par le trafic et ou des milliers de gens vivent dans la poussière.

Pour faire rapide, à Hué, nous avons visité la vieille cité impériale et bu des coups avec les copains suisses (Raph et Anissa) rencontrés plus au nord.

A Hoi Han, location de vélos pour se balader dans la campagne environnante et se rafraîchir à la mer. Le soir, cette ville coloniale française s’allume de milliers de lampions. C’est monstre touristique mais aussi monstre jolie !

Plus au sud, Nha Trang, grosse ville balnéaire pour Russes. C’est moche et tout est écrit en russe. Quelques locaux nous confirment que ce ne sont pas les meilleurs touristes : impolis, prêts de leurs sous et intéressés par les filles de la nuit. Bon heureusement la plage est énorme, nous ne sommes pas obligé de s’y coller. Et puis, franchement, ils sont marrants : ils ne se sèchent pas avec leurs serviettes mais en restant debout 10 minutes face au soleil, leurs gros bides en avant. Les femmes sont parfois plus larges d’épaule que leurs maris mais, on vous rassure, la légende des jolies filles de l’est a tout de même été vérifié ! Ouf !

Après cette étape pas très vietnamienne, notre envie d’authenticité était vraiment réveillé. Nous avons donc pris la direction de Buon Ma Thuot. Une étape vraiment sympa dans la région qui cultive le café pour tout le Vietnam. Au programme petite rando, tour de pirogue sur le Lac Lak, visite de villages, soirée avec des jeunes locaux, nuit dans une maison traditionnelle et réveil avec éléphants se lavant dans le lac, le top !

Après avoir reçu une bonne dizaine de demandes en mariage, nous nous devions d’aller là où les locaux ont pour habitude d’aller passer leur lune de miel :Dalat. Une ville sans grand intérêt, mise à part que les Français venaient se mètrent au frais, en altitude et aux milieux des montagnes, pendant l’Indochine. C’est donc ce qu’on a fait « se mettre au frais » ! Bien agréable d’avoir 25 degrés plutôt que 35 et en plus ils produisent du vin dans la région !

Ultime étape avant le delta du Mékong et le Cambodge, Ho Chi Minh city ou Saigon pour les anciens. Pas le temps d’y faire grand-chose à part une visite rapide des principaux monuments de la ville avec deux jeunes étudiants super cool rencontré la vieille au soir. Retrouvaille aussi du cycliste Chris et de la parisienne Angélique pour notre dernière soirée avant que deux petites françaises (Leslie et Juliette) débarquent fraîchement à 6h30 du mat !

%d blogueurs aiment cette page :